Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Economie, Marketing, Commerce, Force de Vente, Ecologie

Economie, Marketing, Commerce, Force de Vente, Ecologie

Menu
France : Croissance trop faible et reprise en trompe l'oeil !

France : Croissance trop faible et reprise en trompe l'oeil !

France : Croissance trop faible et reprise en trompe l'oeil !

De 2012 à 2014, la croissance de la France a été très basse, avec une moyenne à peine de 0,4% par an. Il semblerait que le PIB français serait de 1,2% pour cette année 2015. Cependant la Banque de France a corrigé ses données pour le mois de juin de 0,3 à 0,2 %.

Un recul est donc annoncé par rapport à la croissance du premier trimestre qui était de 0,6%.

Le reprise, dont on parle tant, semble présente, mais bien timide. Le gouvernement a joué sur certains prélévement obligatoires, ce qui permet d'obtenir une hausse du pouvoir d'achat des français, et il profite également et surtout d'un prix du baril de pétrole au plus bas, ainsi que de la baisse de l'euro.

Cependant, avant de sentir le moindre effet sur le chômage, et une réelle embellie de l'emploi, il faudra du temps, ou tout au moins un taux de croissance bien plus vigoureux et surtout un retour des investissements des entreprises.

Il subsiste pourtant un réel doute à ce sujet. Comment voulez-vous qu'une entreprise qui sort d'une longue période de « vache maigre » et qui n'a qu'une visibilité à très court terme envisage de procéder à des investissements ?

Pour l'instant, en dehors de la Grèce, la France reste le bon dernier de la croissance dans toute la zone euro.

Tant que des réformes plus profondes sur la rigidité du travail par exemple, ou sur une imposition directe ou indirecte qui reste encore bien trop lourde dans le pays ne seront pas mener avec courage, il sera bien difficile d'envisager une croissance de 1,5 % minimum qui est le seuil à partir duquel le nombre d'emplois créés est supérieur au nombre d'emplois détruits.

La croissance durable passe par l'investissement des entreprises, mais également par des vraies baisses de charges et d'impôts.

Dans quelle situation serions-nous avec un cours du baril de pétrole à 110$ comme à une certaine époque (aujourd'hui à 48$) et avec un euro resté fort ?

Cela ne rassure pas vraiment, et laisse croire que la situation n'est qu'artificielle...